Dans l’univers d’Amélie, les petits riens du quotidien semblent prendre des proportions fabuleuses, comme sous la focale d’une loupe. Dans ses escapades urbaines, le gris du macadam n’est que la toile de fond au déchaînement des couleurs tantôt enfantines, tantôt plus agressives.

Les objets, ces reliquats de vie humaine, sont délaissés, devenant des objets en soi, pour soi, animés d’une vie interne dont le cliché, dans sa fugacité, révèle l’incongruité. Des valises sur le départ, une main de mannequin à la grâce marmoréenne ou des carreaux brisés sont autant de prétextes et de failles pour s’échapper des sentiers battus. Alors se révèle « le langage des fleurs et des choses muettes », où les coupoles d’un clocher d’église se confondent dans une robe de mariée, comme un clin d’œil au Mariage de la Vierge du Pérugin.

Un morceau de bolduc sur une borne résume peut-être à lui seul le trait principal du travail d’Amélie Baudry, où la ville s’offre à son regard, palpitante, colorée et mutine.


Agathe Attali 

DÉCOUVREZ 

QUELQUES PHOTOS SUR :

www.myartist.fr